Niger – elections – Pres.Issoufou -contested

re posted from                    Presstv.com

Mon Feb 22, 2016 4:50AM
Un bureau de vote à Niamey, le 21 février 2016. ©AFP/ISSOUF SANOGO
Un bureau de vote à Niamey, le 21 février 2016. ©AFP/ISSOUF SANOGO

NIAMEY (AFP) – Le dépouillement des bulletins a commencé dimanche Niamey après un vote sans incident pour le premier tour de la présidentielle au Niger, le chef d’Etat sortant Mahamadou Issoufou briguant un deuxième quinquennat face une opposition qui agite le spectre de la fraude.

“Tout se passe bien dans le calme et la sérénité. Il y a des insuffisances mais la Ceni (Commission Électorale Nationale Indépendante) prend toutes les disposions pour permettre aux lecteurs d’exercer leur droit”, a-t-il ajouté.

A la lumière de lampes tempêtes, le dépouillement a démarré vers 18H30 GMT dans plusieurs bureaux de vote qui avaient ouvert avec plusieurs heures de retard dans un quartier pauvre du nord de Niamey. Dans ce quartier, appelé Dar Es Salam, le taux de participation était estimé entre 50 et 60% alors que l’opposition était largement en tête des législatives (premiers votes dépouillés) dans cette circonscription traditionnellement considérée comme un de ses fiefs. Aucun incident majeur n’a été signalé en fin de journée malgré des retards de plusieurs heures parfois, dans le début des opérations de vote dans la quasi-totalité des bureaux installés dans le pays, faute de matériel ou de personnel. Quelques 7,5 millions de Nigériens étaient appelés à choisir entre quinze candidats pour présider le pays de 18 millions d’habitants parmi les plus pauvres de la plante et vivant sous la menace des groupes sahéliens et le Boko Haram.

Le scrutin était couplé des législatives. Les résultats doivent être annoncés dans les cinq jours suivant le scrutin, mais pourraient être proclamés “mardi ou mercredi”, selon une source au ministre de l’Intérieur. “Il n’y aura qu’un seul vainqueur, ce sera le Niger”, a déclaré M. Issoufou après avoir voté à l’Hôtel de ville de Niamey, le pouce gauche taché d’encre indélébile. L’opposition s’est elle montrée très critique: “Il y a une iniquité flagrante”, a affirmé Moussa Harouna, un représentant d’un des favoris, l’ancien Premier ministre Seyni Oumarou. “On a découvert des duplicatas de cartes d’électeurs avec des livrets de famille préfabriqués correspondant à ces cartes”, a-t-il ajouté.

Surnommé le “lion”, le président Issoufou a prédit une victoire par “un coup KO” dès le premier tour face à une opposition divisée mais qui a promis de s’unir au second tour.

Élu en 2011, M. Issoufou, 63 ans, affronte trois adversaires principaux: deux anciens Premiers ministres, Seni Oumarou et Hama Amadou, ainsi que Mahamane Ousmane, premier président démocratiquement élu (1993-1996). M. Amadou est incarcéré depuis novembre, accusé de trafic d’enfants dans un dossier de “droit commun” selon le pouvoir mais “politique” selon le candidat. La campagne a été marquée par des échauffourées entre partisans du président et opposants. Elle a été précédée de l’arrestation de personnalités et de l’annonce d’un putsch raté par le pouvoir. Le fichier électoral est contesté.