CONGOLESE RESISTANCE FIGHT BACK !!!

RE POSTED FROM IKAZE IWACU

AFFAIRE KARENZI KARAKE: JOSEPH KABILA JETTE LE MASQUE ET ENVOIE 2,5 MILLIONS D’EUROS A PAUL KAGAME POUR REMBOURSER LA CAUTION PAYEE PAR MADAME BLAIR. | IKAZE IWACU

AFFAIRE KARENZI KARAKE: JOSEPH KABILA JETTE LE MASQUE ET ENVOIE 2,5 MILLIONS D’EUROS A PAUL KAGAME POUR REMBOURSER LA CAUTION PAYEE PAR MADAME BLAIR.

11 juillet 2015

Ubutabera

Scotland Yard réagit à la plainte déposée par l’APARECO !

Depuis la mise en liberté provisoire du tueur tutsi-rwandais Emmanuel Karenzi Karake suite au paiement des frais de caution de 1 million de livres par Mme Blair, les membres du lobby ethnique tutsi-power avaient poussé un ouf du soulagement. Mais ce répit fut de courte durée. Car Hyppolite Kanambe qui s’était fait traduire l’interview en lingala d’Honoré Ngbanda alerta vite son mentor Kagamé du danger qui pointait à l’horizon :

1897920_1457040021279574_4250338141425914500_nl’APARECO venait de déposer un dossier à charge contre Emmanuel Karenzi Karake pour ses crimes commis en RDC sous la responsabilité de James Kabarebe et du « Commandant Hyppo» alias «Joseph Kabila». «Ce dossier constitué par l’APARECO et déposé auprès des instances judiciaires britanniques », dira «Kabila» à Kagame, « risque de nous attirer de sérieux ennuis si les juges britanniques l’acceptent

Il fit comprendre à son mentor qu’ils sont obligés de s’impliquer rapidement tous les deux pour stopper l’initiative d’Honoré Ngbanda, «car il risque de donner à cette affaire une autre dimension pour nous toucher avec la complicité de ses amis au seindes services britanniques» (sic). Et pour mieux rassurer son boss, «Kabila» lui promet que la RD-Congo supportera tous les frais du procès et des «opérations annexes» (entendez la corruption) jusqu’au bout!

Kagame marqua son accord et dépêcha à Kinshasa, dès le lendemain de leur entretien, son ministre de la défense James Kabarebe qui fit un voyage éclair la nuit et récupéra le pactole de 2,5 millions d’Euros qu’il alla remettre à son boss. Et quand on sait qu’une caution payée pour la liberté provisoire est presque toujours récupérée à la fin du procès -sauf si le prévenu s’évadait -, on comprendra donc aisément que le million de livres sterling que le couple Kagame-«Kabila» aura «remboursé» à Mme Blair constitue plutôt son pot-de-vin pour « services rendus ».

Mais malheureusement pour eux, l’opération du dépôt de plainte de l’APARECO a déjà fait son chemin .En effet, Sir Bernard Hogan Howe, Commissaire de Police de la Police de Métropole (New Scotland Yard) a écrit personnellement au Président de l’APARECO, monsieur Honoré Ngbanda (cf document ci-dessous), ce mercredi 1er juillet 2015, d’abord pour accuser réception de sa lettre du 26 juin 2015 portant plainte contre Karenzi Karake, et ensuite pour l’informer que cette plainte pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité a été transmise au Commissaire adjoint  Mark Rowley, spécialiste des crimes et des opérations.

Et sur base des conseils reçus, le président national de l’APARECO a chargé un avocat pour le suivi du dossier pour le compte de l’APARECO. Nous tenons son identité strictement secrète pour des raisons de sécurité et pour le mettre hors de la pression des tentatives de corruption par des lobbies maffieux tutsis de Kinshasa et du Rwanda.

Il est révoltant de voir l’imposteur rwandais «Kabila» utiliser sans vergogne l’argent du contribuable congolais pour soutenir le procès de ses frères rwandais qui furent ses complices dans les massacres des Congolais et qui se livrent encore aujourd’hui aux viols, assassinats et pillages en RD-Congo. Mais chaque chose a un début et une fin. Et la saison de l’occupation et de l’humiliation du peuple congolais touche à sa fin.

Devant de tels agissements de la part d’Hyppolite Kanambe, tous les Congolais dignes de ce nom doivent s’animer d’une sainte et juste colère pour mettre rapidement et définitivement fin à ce comportement arrogant et provocateur qu’affiche cet imposteur rwandais à la tête de notre pays,plutôt que d’envisager on ne sait quel type de dialogue avec lui

La « communauté internationale » ou la main gantée qui tire les ficelles de la descente aux enfers du peuple congolais…

La prétendue solution de la médiation de la « Communauté internationale » que certains leaders congolais proposent comme gage du dialogue n’est qu’une pure utopie. C’est un simple miroir aux alouettes ! Cette fameuse Communauté internationale nous a déjà montré ses limites dans le passé et elle nous a surtout prouvé qu’elle était en grande partie complice des bourreaux de notre peuple. Elle a maintes fois trahi et trompé le peuple congolais.

Souvenons-nous en 1995, au moment où la Communauté internationale apposait sa signature au bas de la Constitution de la transition au Zaïre à l’issue de la Conférence nationale souveraine, elle participait en même temps aux préparatifs de l’invasion du Zaïre à partir du Rwanda ! Et si la Communauté internationale avait réellement œuvré pour la démocratie dans notre pays, pourquoi a-t-elle remis le pouvoir en 1997, après avoir chassé Mobutu, à Laurent Désiré Kabila choisi par le Rwanda, au lieu de le remettre au leader de l’opposition congolaise qui avait combattu Mobutu «pour la démocratie»?

Pourquoi après l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, la même communauté internationale a récidivé en imposant un petit inculte rwandais à la tête de la RD-Congo au lieu de faire appel au leader politique de l’opposition qu’elle avait soutenu durant des années pour « combattre la dictature de Mobutu» ? C’est ce syndrome du larbin qu’Honoré Ngbanda dénonce et contre lequel il met en garde la classe politique congolaise à travers ses écrits et discours!

Le peuple et la jeunesse congolaise doivent se dresser contre ce larbinisme de certains leaders politiques congolais qui n’ont pas encore compris que la main gantée qui tient le bâton qui nous frappe ou tire les ficelles de la descente aux enfers du peuple congolais, c’est la « Communauté internationale ».

La seule voie de la délivrance pour le peuple congolais reste aujourd’hui la Résistance en vue d’un soulèvement populaire de toutes les couches et de toutes les tribus de notre pays dans l’unité nationale. Tout ce que nous voudrons, pourtant légitimement pour notre peuple, il nous faudra l’arracher.

Paris, le 07 juillet 2015

Candide OKEKE

L’ŒIL DU PATRIOTE