Cesspit of Congolese internal politics

Re posted from                             Ikaze Iwacu

RDC: REVELATIONS SUR L’ALLIANCE SECRETE DE MOISE KATUMBI ET JOSEPH KABILA.

27 octobre 2015

Politiki

Le dessous des cartes de la saga Moïse Katumbi/ »Joseph Kabila » : Les services d’écoute de la C.I.A. à Kinshasa dénichent « le Plan Mokolo wa Mpombo »!

Dans le tourbillon politique provoqué en République Démocratique du Congo par la tension de fin de mandat de l’imposteur rwandais au pouvoir à Kinshasa, Hyppolite Kanambe alias Joseph Kabila pour ne pas le citer, la saga politique Moïse Katumbi/«Joseph Kabila» est venue surplomber tous les débats de l’actualité politique congolaise, tant à cause de la virulence des hostilités apparentes entre les deux «antagonistes» que par l’ampleur de ses conséquences et de son impact au sein du macrocosme politique congolais.

Moise Katumbi, ancien gouverneur du Katanga

Amours et désamours, poisons et guérisons-miracles, menaces et rencontres secrètes, exclusions et réconciliations… tout s’y est alterné au point que les Congolais abasourdis n’y voient plus que du feu, ne sachant plus discerner le vrai du faux, la copie de l’originale et l’authentique de la contrefaçon…!

Mais dans tous ce chaos artistique, la vérité, elle, vient enfin de pointer son bout du nez (très têtu) pour livrer le dessous des cartes de cette saga politique qui n’a que trop longtemps duré ! Il s’agit d’un plan secret que « Kabila » a baptisé «Plan Mokolo wa Mpombo», du nom de son génie-créateur, Edward MOKOLO wa MPOMBO, l’un des plus grands superflics du président Mobutu, et l’actuel vice-président du Sénat dans le régime d’occupation installé à Kinshasa.

L’opinion se rappellera que L’œil du Patriote avait signalé la « reprise de service » des trois anciens chefs des  services secrets de Mobutu auprès de l’imposteur «Joseph Kabila». Il s’agissait bien de Mokolo wa Mpombo, Nkema Liloo et Atundu Liongo. C’est donc dans le cadre de ces services-là que Edward Mokolo wa Mpombo, devant l’impasse dans laquelle se trouve son nouveau «boss», Hyppolite Kanambe, et surtout devant la pression croissante des Etats-Unis d’Amérique  qu’il lui a proposé une ancienne recette qui avait fort bien marché à l’époque de Mobutu, a-t-il dit:

il faut chercher «un homme-fort» qui soit à la fois un « ami très fidèle » qui ne vous trahisse pas en cours de route ; et il faut ensuite faire de cet homme «un opposant virulent et crédible» aux yeux des Congolais et de la communauté internationale qui veulent votre départ. Pour que l’opération soit crédible, il ne faut pas associer beaucoup d’hommes au secret. Car la moindre fuite détruirait toute sa crédibilité. Il faudra ensuite jouer pleinement le jeu en sévissant publiquement et violemment contre «l’opposant fabriqué» ainsi que contre tous ceux qui se rallieront à lui.

Le premier objectif de l’opération est que l’«homme-fort et opposant fabriqué» arrive à prendre la tête du peloton de toute l’opposition et fédère autour de lui, grâce aux alliés qu’il gagnera, le poids majoritaire au sein de la classe politique congolaise ; le deuxième objectif est que cet « homme-fort » arrive à jouir aussi de toute la confiance et de l’appui total de la Communauté internationale qui devrait voir en lui une alternative crédible à «Kabila». Et ce n’est qu’au bon moment convenu qu’il fera soit un volte face, soit un désistement, soit encore une bourde politique bien calculée pour ouvrir la voie royale à « Joseph Kabila» !

C’est, mutatis mutandis, une version congolaise de la méthode Poutine en Russie! Mais il fallait donc trouver l’oiseau rare pour jouer ce rôle super délicat et dangereux pour «Kabila» qui se méfie de tout le monde dans son entourage, y compris son ombre. A ce niveau, Mokolo lui a laissé la responsabilité exclusive de choisir l’homme qu’il lui faut. Et après mûres réflexions dit-on, son choix tomba sur son complice et associé-malfrat qui connait les secrets de leurs pillages communs de la Gécamines et de leurs tripatouillages des urnes lors des élections présidentielles. Leurs sorts sont étroitement liés au point que l’un ne pourrait couler ni se sauver sans l’autre.

Et comme on devait s’y attendre, l’idée de ce projet fut soumise immédiatement par «Kabila  à son mentor et chef Paul Kagame pour accord. L’appui de Kigali au projet et au choix de Katumbi ne tarda pas à venir et il fut sans réserve. Ce plan fut donc lancé dans la discrétion la plus totale. L’œil du Patriote qui en avait eu écho depuis des semaines grâce à ses réseaux au sein du sanctuaire même de la Kabilie, travaillait encore à la récolte d’autres indices et preuves palpables avant d’alerter l’opinion nationale congolaise déjà très emballée par la vraisemblance de cette minutieuse mise en scène. Et heureusement pour nous, les circonstances imprévues viennent de voler à notre secours.         

RDC: REVELATIONS SUR L'ALLIANCE SECRETE DE MOISE KATUMBI ET JOSEPH KABILA. dans Politiki

Les services de la C.I.A. à Kinshasa dénichent la supercherie !

Pratiquement tout le monde était tombé dans le piège de cette mise en scène et avait mordu à l’hameçon, les Occidentaux les premiers, parce qu’ils avaient cru avoir trouvé en Moïse Katumbi un «bon élève», comme ils aiment souvent le dire, un bon larbin et un fidèle nègre de service qui leur faciliterait la spoliation sauvage des ressources naturelles de la RDC. Peu importent ses origines judéo-zambiennes qui posent quand-même le problème de son accession à la magistrature suprême en RDC.

Mais l’homme propose et Dieu seul dispose. Durant ce week-end, nos sources à Washington bien introduites dans les sphères du pouvoir,  nous ont alertés au sujet d’une «découverte» qui a choqué la haute sphère politique à Washington. Il s’agit de la découverte du secret de la mise en scène entre «Kabila» et Katumbi. Grâce à une puissante station secrète d’interception des services de la C.I.A. à Kinshasa (dont nous taisons l’adresse), les experts américains ont intercepté le jeudi 22 octobre dernier la fibre d’une conversation «très amicale» entre Moïse Katumbi (en séjour en Europe) et «Joseph Kabila».

Tout au long de leur échange, l’ex-gouverneur du Katanga a fait le rapport de ses contacts avec des personnalités politiques européennes et congolaises et à la fin, il a rassuré «Joseph Kabila» de sa loyauté et lui a renouvelé sa promesse :«il n’y aura aucune trahison de ma part jusqu’au bout de ma mission»!Cette découverte, nous ont confié nos contacts, a choqué et bouleversé les autorités politiques à Washington. Quelle sera leur attitude demain vis-à-vis de leur «protégé»?

La réponse à cette question ne concerne que ceux des Congolais qui attendent naïvement la solution-miracle de l’Occident. L’APARECO et les patriotes résistants congolais ne se considèrent pas du tout concernés par ces «découvertes». Car ils sont depuis longtemps convaincus qu’aucune solution définitive de notre crise ne viendra de nos bourreaux et des pyromanes qui ont allumé le feu dans la maison-Congo qui brûle aujourd’hui!

images-stories-remote-http--africanewsrdc.com-wp-content-uploads-2015-09-josC3A9-endundo-gabriel-kyungu-charles-mwando-lumbi-bolonya-598x303 dans Politiki

Le G7, complice ou victime de la mascarade ?

L’épisode de ces quelques 7 fidèles alliés politiques de «Kabila» au sein de la prétendue «Majorité présidentielle» (MP) et qui ont provoqué la crise avant de  quitter avec fracas le Titanic qui tangue et qui coule, cet épisode-là disions-nous, fait lui aussi partie intégrante du plan méphistophélique de « Kabila » et Mokolo wa Mpombo! L’action a été pensée et planifiée par le «laboratoire» de Kingakati et mise en exécution et dirigée par Moïse Katumbi qui a remis à chaque membres du G7 une cagnotte de plusieurs millions de dollars pour garantir la cohésion et la «fidélité» des membres du groupe.

La stratégie du plan consiste à créer un nouveau noyau dit de la «véritable opposition» qui doit paraître crédible par sa virulence verbale apparente vis-à-vis de «Joseph Kabila». Cette nouvelle «véritable opposition» engloberait ensuite l’ancien noyau de l’opposition actuelle. C’est ce qui explique l’action de charme et du rapprochement amorcée dernièrement à Bruxelles par Moïse Katumbi et son frère Katebe Katoto en direction d’Etienne Tshisekedi. L’objectif est de fédérer l’UDPS familiale dans la nouvelle synergie.

Selon toute vraisemblance, « le vieux» serait tombé dans le piège et aurait même demandé à Katumbi et son frère de «rassembler toute l’opposition autour de lui pour barrer la route à Kanambe». Mais ce qu’il ne sait probablement pas encore, c’est que le nouveau navire de l’opposition ne voguera pas pour son compte comme on le lui fait miroiter, mais plutôt pour celui de…«Joseph Kabila»! Car parallèlement, Shé Okitundu, Mova et Mbuyu ont repris les contacts avec Félix Tshilombo pour relancer la dynamique du dialogue. Et dans la nouvelle composition de l’opposition politique, le poids de Moïse Katumbi à la tête du G7 sera supérieur au sein de l’«opposition politique» qui entrera au Gouvernement par la grande porte.

Une fois au contrôle du Gouvernement de la transition, ils ouvriront la voie à « Joseph Kabila » pour changer la constitution et obtenir sa réélection à vie! Machiavélique, mais cependant vrai! Tous les membres du G7 sont-ils au courant du plan secret à l’origine de leur cavalcade ou sont-ils instrumentalisés à leur insu? Leurs déclarations actuelles sont-elles sincères où entrent-elles dans une vaste stratégie d’ensemble en faveur de «Kabila»?

Honnêtement, nous ne saurions pas, à ce niveau de nos investigations, répondre avec certitude à cette question. Nous savons cependant que les consignes du «Plan Mokolo wa Mpombo» avaient recommandé à «Kabila» qu’il n’y ait pas beaucoup de gens, particulièrement les Congolais, qui aient accès au cœur du secret portant sur l’existence même du plan, mais que par contre, beaucoup de leaders politiques congolais soient instrumentalisés à leur insu.

images-stories-remote-http--www.lobservateur.cd-wp-content-uploads-2015-10-mll-549x413

La maladie politique de Malu Malu

Le cas de l’Abbé Malu Malu, selon les informations en provenance des mêmes sources bien introduites au sein des services, fait lui aussi partie de la stratégie qui répond au plan de « Kabila » d’échapper à la pression des Etats-Unis et de la communauté internationale. En effet, suite à la pression incessante des ambassades des pays occidentaux sur lui, le menaçant et l’obligeant à sortir le calendrier pour les prochaines échéances électorales, Malu Malu aurait reçu de la part de «Kabila» en personne les consignes de s’exfiltrer du pays « pour cause de maladie».

Mais devant la montée de la pression, Kanambe lui aurait demandé carrément de démissionner pour créer un vide et bloquer le fonctionnement de la CEI et partant du processus électoral, sachant que sa succession ferait l’objet des longues tractations politiques. Ce qui lui donnerait aussi l’opportunité de jongler pour glaner quelques mois de répit face aux pressions de la communauté internationale.

Un médecin sud-africain de l’hôpital où est interné l’Abbé Malu Malu a conseillé à la rédaction de L’œil du Patriote qui insistait pour connaître l’état réel de santé de l’Abbé le plus populaire du Congo lui a donné cette réponse énigmatique: «Malu Malu est une autorité politique, demandez-lui plutôt de vous produire lui-même son dossier médical et vous serez surpris»! Qu’est-ce à dire? Maladie imaginaire ou maladie politique ? Ce n’est pas Malu Malu qui nous fournira les éclaircissements attendus. Mais l’avenir nous le dira certainement.

Comme on le voit, le ciel politique congolais est loin de s’éclaircir. Et dans cet imbroglio politique, les occupants rwandais sont invisibles. Seuls leurs proxys congolais sont descendus dans l’arène politique pour se pourfendre. Une scène pitoyable qui présente le tableau macabre d’une classe politique malléable à gré et irresponsable vis-à-vis de son peuple.

Moïse Katumbi est en Europe où il fait couler les dollars à flot pour «acheter», sur conseil de Kagame et Kanambe, les Congolais de la Diaspora que eux ne peuvent plus corrompre directement, à cause du rejet des Rwandais grâce à la prise de conscience de beaucoup de Congolais de la diaspora et de l’intérieur du pays. Vital Kamerhe qui a été démasqué et neutralisé par la résistance vient de réapparaitre dans le sillage de Katumbi en Europe. Les deux hommes se sont longuement retrouvés à Londres pour une concertation.

Nous prévoyons de nombreuses réactions des adeptes de la mangeoire en RDC comme dans la diaspora qui vont monter au créneau pour vitupérer comme d’habitude. Mais nous ne nous tairons jamais quand il s’agit de la survie même de notre mère patrie. Nous reviendrons dans les prochains jours pour fournir au peuple congolais des détails importants autour de ce dossier. Nous invitons les patriotes congolais à plus de vigilance. Car l’heure de la vérité approche ! A suivre …

 

Paris, le 27 Octobre 2015

Candide OKEKE

Directrice du Cabinet du Président National de l’APARECO

L’ŒIL DU PATRIOTE